Oui, Il faut rester à Phnom Penh plus de 3 jours !

J'ai adoré Phnom Penh.

Malgré l'immensité de la ville, la saleté et le brouhaha typique asiatique, j'ai eu un sentiment de liberté incroyable. La plupart des voyageurs y restent seulement 2-3 jours. J'y suis resté 10. Pendant tout ce temps passé à Phnom Penh, j'ai voulu expérimenter la vraie vie, la vie locale. Une bonne partie de moi pense avoir réussi, en tout cas, j'en suis repartie satisfaite, même un peu nostalgique.

Marcher des heures et me perdre dans la ville et demander à un tuktuk de me ramener, s'incruster dans une partie de foot et jouer avec des cambodgiens, me faire masser par les meilleurs masseurs malvoyants de la ville pour 7$, manger street food tous les jours chez les mêmes commerçants de rue et se faire offrir des fruits,

aller méditer dans un temple, sympathiser avec les chauffeurs de tuktuk locaux en bas de la rue et partager l'apéro, gouter le mélange riz-banane grillé des marchants ambulants, regarder les groupes de danseurs nocturnes sur les grandes places bondées, prendre un scoot et rouler des kilomètres au coucher de soleil, jouer avec des enfants dans la rue, chercher un temple secret et ne jamais le trouver.. J'ai adoré m'imprégner de la ville, aussi sale, bruyante, dérangeante, sinueuse, corrompue, oppressante qu'elle soit.

Je pense que Phnom Penh vaut bien plus le coup que quelques jours, et voici comment en profiter au maximum

S'imprégner de l'atmosphère en marchant

C'est la première chose que je fais quand j'arrive dans un endroit. Je m'imprègne de l'atmosphère du lieu en marchant, en me baladant dans les rues, en prenant le temps d'observer l'architecture, les mouvements, les sons, les odeurs. Tout devient plus vite réel, dépaysant, plus touchant. C'est là aussi que tu te rapproches de la vraie vie, que tu discutes avec les commerçants, que tu peux jouer avec les enfants qui n'ont jamais vu d'européens de leur vie, où tu peux gouter des spécialités locales sur un coup de tête.. 😉

Manger local

Dès la fin d'après-midi, les rues se transforment, les parasols se hissent, les bonbonnes de gas s'allument et le bruit des ustensiles contre les wok en fonte résonnent sur mes avenues préférées; Preah Sisowath Quay (rue gauche), Oklna Suor Srun Street et Samdach Sothearos Boulevard.

Les commerçants sont accueillants, souriants et l'ambiance est géniale. Les plats sont souvent un mélange de riz ou de pates avec des légumes et la viande de ton choix, ils t'offrent une entrée (souvent un mélange de choux cru et carottes, mais attention à l'estomac pour les aliments crus en Asie!) c'est juste excellent et typique!

Prendre un tuktuk

Je pense que le tuktuk est une des choses les plus représentatives de l'Asie du Sud Est. Je trouve ce mode de transport fascinant : un mini taxi en open air plus confortable qu'une moto, où chaque trajet devient une expérience. Les chauffeurs les décorent afin de les rendre plus attractifs, ou bien les personnalisent afin de les rendre plus personnels, tu en verras des mille et des cents différents. J'ai été marqué par tellement d'entre eux; le chauffeur de tuktuk qui  te propose de choisir ta chanson sur Youtube et met les baffle à fond, ceux qui installent un hamac en travers pour y faire la sieste,  ceux qui crient "tuktuk, lady!" à l'autre bout de la rue pour être les premiers à gagner la course, ou encore celui avec qui tu fais apéro en bas de ton auberge avant de t'emmener en balade. Ils font partis de mon expérience à Phnom Penh !

Profiter des couchers de soleil sur les grandes places

Tous les soirs, de nombreux cambodgiens se mettent à la marche sportive et font le tour des grandes places. Au coucher du soleil, il n'y a pas de plus beau spectacle que de se balader et observer le ciel orangé, comme ici près du monument de l'indépendance.

Rencontrer des marchands et goûter leurs spécialités

Un petit creux dans l'après-midi ? Oublis les Oréos à 2$ dans les supermarchés, jette toi plutôt sur les délicieuses spécialités vendues par les marchands de rues. Je me rappelle m'être planté devant un stand répétant "what is this?" à la vendeuse qui ne parlait pas anglais, un cambodgien bilingue m'ayant entendu est venu à ma rescousse en m'expliquant la recette et en m'offrant deux des petites bananes grillées que la marchande avait préparé. La générosité et le partage du moment m'a sincèrement marqué !

Visiter Tuol Sleng

Il y a de nombreux lieux à visiter à Phnom Penh, comme le Palais Royal, le musée des arts, le musée National Cambodgien... Mais le lieux que j'ai choisi de visité en particulier est le musée du génocide de Tuol Sleng.

Je pense ici à plus une prise de conscience nécessaire qu'à une expérience touristique à cocher sur sa liste des lieux à visiter. J'avais besoin de comprendre et de voir une partie de l'histoire cambodgienne. La visite est poignante, dérangeante. En choisissant l'audioguide, ma visite est extrêmement bien expliqué, mais très difficile à avaler. Les accessoires de torture sont en vitrine, les salles sont presque laissées comme à l'état et des centaines de photos des victimes sont affichés. L'inhumanité au sens propre. La visite reste quand même historiquement très instructive.

 

Petite note perso : J'ai détesté les hordes de touristes parlant et rigolant fort lors des passages dans les salles de torture, ceux prenant 140 photos des moindres recoins, ceux se permettant d'écrire sur les murs. J'ai trouvé également très étrange, presque déplacé, de voir 2 survivants (sur 8) du génocide dédicacer des livres dans la cour à la fin de la visite, dans le lieu même où ils ont subit un calvaire. Bref, l'irrespect touche son comble et j'aurai pris une belle claque dans la gueule.

Danser avec les cambodgiens

Profites de ta balade nocturne pour découvrir les habitudes cambodgiennes ! Vers 21h sur les grandes places, les locaux dansent. Au bout du parc Wat Botum côté avenue, proche du monument de l'indépendance, une vingtaine de jeunes cambodgiennes dansent pendant 1h, et pour quelques dollars, on peut même les rejoindre ! C'est super sympa à voir, et plutôt fun à faire !

Découvrir les magnifiques temples bouddhistes

Je suis passionnée et tombée amoureuse des temples bouddhistes au Cambodge, de leur architecture à leurs ornements, de ce qu'ils dégagent de plus sacré et spirituel. Chaque visite est unique, presque ressourçant. Il y a de magnifiques temples à visiter à Phnom Penh, comme Wat Ounalom.

Besoin de t'évader pendant 1h ? Tu peux aller méditer gratuitement avec les locaux et les moines à Wat Langka aux horaires données à l'entrée.

Phnom Penh est une ville à l'histoire fascinante. J'ai découvert des habitants bienveillants, généreux, heureux de raconter leur histoire malgré des sujets sensibles. J'espère t'avoir donné envie d'y rester plus de 3 jours !

 

Voyageusement,

Thetraveletter

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :